Emploi associatif : premier bilan de l’impact de la crise

L’Observatoire national de l’ESS (économie sociale et solidaire) a publié sa première note de conjoncture de l’année, qui porte sur l’évolution de l’emploi dans l’ESS au premier semestre 2020.

Avant la crise sanitaire, l’emploi dans l’ESS avait connu un léger rebond (+0,6%), notamment dans les associations des secteurs de l’action sociale ou de la santé. Entre 2010 et 2019, les entreprises de l’ESS ont en tout créé plus de 84800 emplois.

 

2019-2020 : – 52 500 emplois en un an.

Les premiers effets du choc causé par la crise se sont fait sentir assez rapidement. Dès le mois de juin 2020, les emplois dans l’ESS avaient régressé de 2,5% par rapport à la même période en 2019 (-2,7% dans le reste du secteur privé). Un des secteurs les plus touchés est l’aide à domicile (-7000 emplois). En parallèle, l’ESS connaît au second semestre 2020 une très forte baisse du nombre de ses établissements associatifs (10860 établissements associatifs de moins sur 11000 établissements de moins au total). Les associations sont plus fortement affectées par les effets de la crise que les autres catégories juridiques. Au moins 37,2% des établissements fermés évoluent dans des secteurs directement concernés par les mesures de fermeture administrative liées au confinement (hébergement et restauration, activités du spectacle vivant, de sport et de loisirs, enseignement de pratiques sportives et culturelles). En revanche, sur la même période, le nombre de fondations progresse de 3,8%.

 

Les dispositifs d’aide moins sollicités

Il semblerait que les associations aient moins mobilisé les dispositifs d’aide et de soutien déployés par l’État que les autres acteurs de l’économie. À titre d’exemple, 21000 associations ont eu recours au fonds de solidarité pour seulement 1% des crédits alloués (DGFIP, données fin janv. 2021). Les entreprises de l’ESS semblent avoir eu moins recours au dispositif d’activité partielle en proportion des autres entreprises de l’économie pour maintenir leurs emplois.

 

La crise, un révélateur ?

Les entreprises de l’ESS ont fait part de fortes capacités d’adaptation au contexte dans les activités de solidarité, dans les filières d’avenir liées à la transition écologique, dans les activités de soutien mais aussi dans les services aux personnes. Tournée vers les besoins sociaux et économiques essentiels, l’ESS n’est pas épargnée mais elle est plus que jamais engagée

 

© Juris Editions 2021